La préface de ce livre est disponible en ligne.

Le livre parle principalement de tribus, de leadership et du changement. Il est court, constitué de courts paragraphes et se lit facilement. Le livre ressemble surtout à un discours pour motiver les gens à prendre le leadership en menant des tribus et à amener le changement (dans une entreprise, une association...). La principale recette présentée par ce livre est surtout d'avoir foi en soi et ses idées.

Selon Seth Godin deux choses suffisent pour qu'un groupe de personnes devienne une tribu : « un intérêt commun, une façon de communiquer ».

Pour augmenter l'efficacité d'une tribu et de ses membres il faut avant tout transformer « l'intérêt commun en un objectif guidé par la passion et un désir de changement » et fournir des « outils permettant aux membres de consolider leur communication ». Une tribu plus grande n'est pas forcément une tribu meilleure.

Seth Godin insiste sur la notion de "vrai fan d'une tribu" qui est « le membre d'une tribu qui s'intéresse vraiment à vous et à ce que vous faîtes ». Un vrai fan d'un artiste fera ainsi venir un ami à un concert, contactera d'autres vrais fans, investira plus pour vous soutenir. Plutôt que de se soucier des chiffres, des hits sur un site web ce qui compte c'est « la profondeur de l'engagement et l'interconnexion qu'offrent les vrais fans ». Selon Seth Godin « les vrais leaders ont compris que le véritable enjeu est de transformer un fan occasionnel en un vrai fan ». Aparté: si les industries culturelles et certains artistes avaient compris ça depuis longtemps on aurait sans aucun doute moins de lois à la con comme DADVSI et HADOPI.

Seth Godin présente trois étapes pour mener une tribu :

- motiver (en impliquant les personnes dans une vision)

- connecter (les membres pour qu'ils communiquent, s'impliquent)

- créer des effets de levier (permettre d'impliquer le monde extérieur)

Le livre évoque l'effet de levier incroyable que constitue Internet pour constituer, rejoindre, mener une tribu et améliorer sa communication.

Les leaders ont un refus constructif du statu quo, remettent en cause les règles établies et mettent en oeuvre le changement. Seth Godin appelle ces apôtres du changement des "hérétiques", car ils remettent en cause les dogmes établis, élaborent et mettent en oeuvre de nouvelles théories.

Quel est le principal frein au changement ? La peur selon Seth Godin. Seth Godin révise ainsi le principe de Peter : « Dans tout organisme chacun s'élève jusqu'au niveau où il se trouve paralysé par la peur ».

Beaucoup de gens ont des idées formidables mais ce qui manque c'est la volonté de mettre en oeuvre le changement. Seth Godin dit ainsi que « Dans la confrontation entre deux idées, ce n'est pas forcément la meilleure qui gagne mais celle qui gagne est celle qui gagne le soutien du plus grand nombre d'hérétiques qui n'ont pas peur ». La peur est une des plus fortes émotions et les leaders ont conscience de leur propre peur et de celle des autres mais arrivent à la surmonter. La peur « ne va pas disparaître, mais en prendre conscience est la clef qui permet de faire des progrès ».

Qui dit leader, meneur dit aussi suiveurs. Selon Seth Godin « toute organisation a besoin de gens qui ne veulent pas juste suivre, mais qui sont désireux de suivre ». Les gens qui ne font que suivre aveuglément lachent généralement la tribu de deux façons : « ils ne seront pas capables du leadership local requis pour assurer l'interaction des membres de la tribu entre eux » et « ils ne feront pas un bon travail lors du recrutement de nouveaux membres pour votre tribu ». Seth Godin introduit ainsi la notion de micro leadership dans une tribu qui est essentiel pour son développement.

Pour créer un micromouvement, Seth Godin présente cinq choses à faire et six principes.

Les cinq choses à faire :

Publiez un manifeste (un mantra, la devise du mouvement, c'est ce qui unit les membres de la tribu)

Faites en sorte que ceux qui vous suivent puissent se connecter à vous facilement (courriels, rencontres physiques, réseaux sociaux...)

Facilitez l'interconnexion de ceux qui vous suivent (signes de reconnaissance, camaraderie entre bénévoles...)

Comprenez que l'argent n'est pas la raison d'être du mouvement (l'argent n'est là que pour faciliter le mouvement)

Faites le suivi de la progression (publiquement, et impliquer les membres de la tribu pour qu'ils contribuent)

Les six principes :

La transparence est votre seule option

Il faut que votre mouvement soit plus grand que vous

Les mouvements qui grossissent prospèrent (mais ne pas hypothéquer le présent parce que vous êtes pressé)

Le sens des mouvements s'éclaire quand on les compare au statu quo ou à des mouvements qui s'emploient à aller dans l'autre direction (si votre mouvement réussit moins bien qu'un autre ayant les mêmes objectifs, n'essayez pas d'être meilleur qu'eux mais rejoignez-les)

Excluez les touristes (« L'exclusion est une force extrêmement puissante pour créer la loyauté et l'attention. Celui qui ne fait pas partie de votre mouvement est presque aussi important que celui qui en est »)

Mettre les autres en pièces n'est jamais aussi utile que construire de façon positive le réseau des gens qui vous suivent

Lecture intéressante au final.

A chacun de trouver sa ou ses tribus à rejoindre pour participer et/ou mener.

Ma principale tribu étant l'April pour la rejoindre c'est ici.