Quatorze fans canadiens ont pu acheté quelques jours avant la sortie officielle le dernier Harry Potter intitulé "Harry and the Half-Blood Prince", suite à une erreur d'un grand magasin qui a rompu l'embargo. Tant mieux pour eux pourrait on dire.

Seulement, c'était sans compter sur le délire des détenteurs de droits. Raincoast Books, l'éditeur Canadien de Harry Potter, a obtenu une injonction ("John Doe” injunction) interdisant aux acheteurs de lire leur copie de Harry Potter avant la date de publication.

La court suprême de de British Columbia a émis une ordonnance interdisant quiconque de “montrer, lire, offrir à la vente, vendre ou montrer en public” leurs livres. Les avocats de J. K. Rowling ont dit que "l'auteur était autorisé à interdire les acquéreurs de lire leurs propres livres même s'ils n'ont pas enfreint la loi".

Korieh Duodu, un juriste, ajoute même qu'il "n'y a pas de droit de l'Homme à lire.”

Richard Stallman appelle à une campage "N'achetez pas les livres Harry Potter".

A la place d'Harry Potter offrez-vous le livre de Florent Latrive "Du bon usage de la piraterie" par exemple.

Références :

- L'article orginal sur Times Onlince

- L'article de Richard Stallman

- Une nouvelle de 1997 de Richard Stallman : Le droit de lire